POSTED BY fundacioncompartir | Déc, 14, 2017 |

Sources d’emploi

Les différentes formes de travail sont d’abord liées à l’artisanat comme la poterie, le travail du textile, la sculpture sur bois, le travail des os, du bois. À une échelle beaucoup plus petite, la migration professionelles des hommes vers d’autres villes ou provinces à la recherche d’emplois temporaires tels que la collecte de coton, de pommes de terre etc.

Revenus

Ces derniers sont loin d´être proches des niveaux de base du «panier de la ménagère»; en effet, puisqu’ils sont même inférieurs aux indices établis d’urgence ou de pauvreté.

Terrains

Dans la plupart des cas, les peuples indigènes ont été enlevés et déplacés, expropriant leurs propres terres héritées de plusieurs siècles par l’intermédiaire de leurs ancêtres. À l’heure actuelle, seuls quelques groupes ethniques sont parvenus à s’approprier leurs propres terrains – après de nombreuses luttes et revendications de droits – ils ont obtenu quelques hectares, insuffisants pour leur développement. La récupération de leurs terrains est toujours en suspens.

Insertion Sociale

Nous croyons que cela dépendra principalement du modèle économique et des différentes stratégies que nos dirigeants, autorités nationales et provinciales, mettront en œuvre pour leur intégration.

.

D’autre part, nous sommes optimiste quant à la participation des différentes institutions liées à l’accompagnement du développement des peuples indigènes, parallèlement en l’effort commun et le partenariat avec les autorités compétentes.

Dans l’Avenir

Après certains des faits mentionnés ci-dessus, nous assurons que leur avenir sera totalement lié au développement des droits des êtres humains indigènes comme de n’importe qui d’entre nous de manière palpable.

L’Enfance

Nous aimerions transmettre d’autres informations – en ce qui concerne ce que les enfants veulent vivre aujourd’hui – car en tant qu’organisation nous avons pu observer depuis longtemps les différentes communautés indigènes.

L’économie nationale et internationale et ses effets n’ont pas cessé d’affecter directement et profondément les enfants indigènes. Ceci a entraîné un manque de nourriture quasi quotidien dans de nombreuses communautés: semaine après semaine, mois après mois et année après année.

Les taux de malnutrition et de mortalité en Argentine sont très élevés. Le nombre moyen d’enfants indigènes qui meurent chaque jour s’élevant à cinq. En outre, les maladies qui ne sont pas traitées faute d’attention dans certaines régions sont plus élevées que dans d’autres.

De plus, le racisme est toujours latent et malheureusement on peut le sentir. Cela s’applique à de nombreuses communautés et j’ai particulièrement mis l’accent sur les enfants, qui souffrent du manque d’acceptation seulement du fait qu’ils soient indigènes. Beaucoup d’entre eux tombent dans une situation douloureuse et renoncent à leurs propres origines sans pouvoir s’intégrer pleinement dans la culture argentine actuelle. Ainsi ils sont conduits à se trouver dans une situation d’identité indéfinie, parce que pour beaucoup d’indigènes, être indigène signifie être marginalisé, méprisé, outragé, privé et humilié, car la société actuelle n’est pas très différente de nos prédécesseurs – les conquérants espagnols – à l’époque où ils colonisaient les peuples indigènes.

Dans la mémoire des anciens résonne encore l’histoire de leur peuple: les célèbres Conquêtes du Désert et les massacres massifs de leurs ancêtres. J’ai eu l’occasion de connaître certains des endroits où se trouvent certaines des plus grandes tombes, où des milliers d’Indigènes ont été assassinés et enterrés, attendant le jour où les droits de leurs peuples, dont eux-mêmes ne pouvaient pas jouir, seraient exercés aux descendants actuels: les enfants indigènes d’aujourd’hui.

Situation Socio-économique

Dans la plupart des communautés, l’économie est profondément liée à leur culture. Dans le cas de nombreux groupes ethniques, l’économie dépend de la chasse, la pêche et de la cueillette. Ce secteur est très affecté ces derniers temps, car les zones où ils savaient comment exercer ces activités ont été détruits, empêchant ainsi toute possibilité de chasse, de pêche ou de cueillette. Dans certains cas il existe également une dépendance de l’artisanat comme la poterie, le travail du textile, de la laine et autres.

TAGS :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *